Sur Kickstarter, le lexique peut payer

Par       16 janvier 2014

Lexique_L'Atelier

L’utilisation de certains mots ou expressions pourrait être un facteur déterminant dans la réussite ou non d’une campagne de crowdfunding.

Les sites de crowdfunding se caractérisent par leur concision. Si le principe en est simple, définir rapidement l’idée pour lever des fonds auprès des particuliers, la pratique n’en est pas moins difficile pour les porteurs de projet. Il s’avère en effet relativement difficile d’expliquer en quelques lignes seulement, aussi bien l’intérêt du projet que sa solidité de structure ou les qualités intrinsèques du porteur de projet. Si nous vous avions déjà parlé justement de l’importance des qualités personnelles de l’individu sur les sites de crowdfunding, l’université Georgia Tech vient de publier une étude portant sur l’importance du langage dans l’appréhension de la réussite ou non d’une campagne. Ainsi, si des mots sont à proscrire, il semble que certaines tournures peuvent s’avérer particulièrement utiles et persuasives dans l’approche de masse que représentent les sites de crowdfunding.

“Quand le projet réussira” vs “Si le projet réussit”

Les résultats de cette étude, concentrés dans un article justement dénommé “The Language that Gets People to Give: Phrases that Predict Success on Kickstarter”, menée sur près de 45 000 projets passés et présents sur Kickstarter fait ainsi émerger une typologie spécifique de communication. Eric Gilbert, un des co-auteurs de l’étude explique que “Les campagnes qui, par exemple, suivent le principe de réciprocité, en offrant un cadeau aux investisseurs, et la perception de la participation sociale et de l’autorité généraient les volumes de fonds les plus importants”. A l’image des stratégies de communications classiques, l’emploi de terminologies négatives seraient ainsi, selon les auteurs de l’étude, à proscrire. En effet, pour un même principe de réciprocité, l’approche lexicale du concept peut faire la différence, notamment dans la projection vers la réussite : de cette façon “quand le projet sera” ou “les investisseurs recevront, en plus de leur part…” expriment une stabilité et une force du projet. Au contraire, ce sont des termes comme “si la campagne n’est pas un succès” ou “confiance” qui peuvent paradoxalement donner une impression de défaite assurée ou du moins préparée.

Une communication théorisée

Au fil de leurs recherches, les deux co-auteurs ont donc pu analyser les quelques 45 000 projets mis à disposition afin d’en extraire des points communs. Selon la terminologie lexicale que ceux-ci ont dressée, le niveau de langue utilisé par les porteurs de projet serait ainsi responsable à un peu moins de 60% du succès possible de la campagne, et ce quel qu’en soit le sujet. On observe ainsi plusieurs grands principes de communication, depuis l’autorité vers la dimension sociale, mettre en avant par exemple aussi bien un lien particulier vers un groupe social que de développer un produit spécifiquement pour eux, notamment en ce qui concerne les personnes souffrant de handicaps moteurs. Avec cette étude, les chercheurs de Georgia Tech ouvrent la voie à une approche réellement universitaire et scientifique de la communication sur les sites de crowdfunding. Si cette approche pourrait s’avérer aller à l’encontre de l’idée générale, elle n’en pourrait pas moins permettre aux porteurs de projet de développer, dès l’amorcage, une approche efficiente de leur discours.

 

Source : L’Atelier

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s