Le crowdfunding soutenu par l’Etat français

Fleur Pellerin, la ministre de l’Economie numérique, vient donner un sérieux coup de pouce au “financement participatif”. L’idée, c’est de faire appel à la générosité des internautes plutôt qu’à sa banque, pour financer un projet. Un phénomène commence à prendre son envol en France.

crowdfunding © Trueffelpix – Fotolia – 2014

Pour bien comprendre la petite révolution qui est en train de voir le jour, je vais vous raconter l’histoire de Fabrice Sabre.

Fabrice Sabre a 39 ans. Il est photographe et depuis tout petit, il vit avec un seul bras. A 4 ans, il a un accident de tondeuse.

Pendant toute sa vie d’adulte, il s’est résigné. Et puis un jour, sur internet, il a vu la vidéo d’un Anglais qui faisait fonctionner un avant bras et une main bionique exactement comme celle d’Anakin dans la guerre des étoiles.

Prix: 30 000 euros, inabordable. Il s’est dit : “c’est ce qu’il me faut”

Pour financer son projet, il fait donc appel au financement participatif. Il monte un site (“Un bras pour moi”), sur lequel il propose un certain nombre de services en échanges de dons: pour 5 euros, vous aurez droit à une simple démonstration de sa main robotisée. Pour 50 euros, il vous tire le portrait. Si vous donnez 100 euros, c’est une séance photo en studio. Enfin, pour 1000 euros, il immortalise votre mariage, baptême, ou tout autre évènement majeur de votre existence.

Grâce à ce système, il déjà collecté 15 000 euros. C’est la moitié de la somme pour s’offrir sa deuxième main.

La loi française va très bientôt changer pour favoriser ce genre d’initiative. C’est e cheval de bataille de Fleur Pellerin dans le cadre de loi de simplification et de sécurisation de la vie des entreprises.

Deux grands changements devraient voir le jour très prochainement, grâce à une ordonnance.

Le plus important, c’est que la loi va mettre un terme au monopole des banques sur les prêts rémunérés.

Tout le monde pourra prêter de l’argent contre des intérêts, à condition de ne pas dépasser 300 000 euros, à raison de 250 euros par personne et par projet.

Par ailleurs, si vous voulez lever des fonds supérieurs à 100.000 euros, les démarches seront simplifiées si vous faites un appel public à l’épargne. Un dossier de 3-4 pages suffira, contre un bon pavé de 500 auparavant. Cela peut effectivement servir d’accélérateur.

En 2013, le montant du crowdfunding a permis de lever 65 millions d’euros en France, soit une augmentation de 160% par rapport à 2012.

Source : France Inter, l’émission du lundi 20 janvier 2014

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s