Oreiller chargeur, sphere photographique… la sélection crowdfunding de janvier

Publiée    par Audrey Oeillet    le Lundi 6 Janvier 2014   

Après quelques mois de pause, la sélection crowdfunding est de retour avec la nouvelle année : nous vous proposons donc six nouveaux projets qui cherchent actuellement des financements sur les plateformes participatives. Des produits originaux, voire très étonnant pour certains, qui n’attendent que les investisseurs !
L’année commence tranquillement du côté des plateformes de financement participatif : comme toujours, c’est du côté de KickStarter que l’on trouve le plus gros des projets, IndieGogo n’étant jamais très loin. Pour les projets francophones, il faut se tourner du côté d’Ulule ou de MyMajorCompany, où les campagnes pour des produits technologiques sont de plus en plus nombreuses. Voici notre sélection de janvier !
Power Pillow, l’oreiller qui repose les smartphones
Parce que votre tête n’est pas la seule chose qui a besoin de recharger ses batteries, le Power Pillow est un oreiller qui intègre deux batteries de 12..000 mAh légères et discrètes, qui permettent de charger smartphones, tablettes ou tout autre appareil USB. Outre les deux batteries intégrées, on trouve donc deux câbles micro-USB qui permettent de recharger deux appareils en même temps sans quitter son canapé.
Plusieurs modèles sont proposés par la firme canadienne Power Pillow, qui propose de précommander un coussin pour 79 dollars canadiens, soit environ 54 euros. Une somme à laquelle il faut ajouter les frais d’envoi, environ 20 euros. Pour75euros, il est possible de disposer d’un coussin, d’une housse, d’une batterie et d’un câble, pour une livraison estimée en avril 2014.
Il reste actuellement un mois au projet pour être totalement financé : sachant que le Power Pillow a récolté un tiers de la somme demandée en deux semaines, la campagne KickStarter pourrait bien se terminer positivement.
 
Aurora, un bandeau pour prendre le contrôle de ses rêves
Le bandeau Aurora est l’une des curiosités de ce début d’année dans le petit monde du financement participatif : porté la nuit, cet appareil propose à son porteur de faire des « rêves lucides » pour en prendre le contrôle. L’Aurora surveille l’activité du cerveau de l’utilisateur pendant son sommeil, par l’intermédiaire de son smartphone. Lorsque le dispositif détermine que l’utilisateur est en train de rêver, il lui transmet des signaux lumineux pour lui faire prendre conscience qu’il rêve et lui donner le contrôle. Une telle démarche est censée optimiser le sommeil de la personne en stimulant son imagination, lui éviter de faire des cauchemars ou encore réduire le stress et l’anxiété. Mieux rêver pour mieux vivre ? Le projet des développeurs de l’Aurora repose sur quatre ans de développement, et la démarche a été validée par des chercheurs experts de la question des « rêves lucides ».
C’est le genre de gadget qu’on aurait clairement envie d’essayer avant d’acheter, mais ce détail n’a pas empêché de très nombreux backers à soutenir le projet sur KickStarter : ce dernier demandait 90..000 dollars pour être financé, et il est à plus de 140..000 dollars alors qu’il reste 15 jours de campagne. Il faut compter 200 dollars, soit 150 euros frais de port inclus, pour recevoir un bandeau Aurora en juin 2014.
3D ARK, l’hologramme à portée de main
Pas besoin d’avoir un R2D2 sous la main pour projeter des hologrammes : la pyramide 3D ARK peut très bien faire le travail. Du moins, on l’imagine, puisqu’il s’agit pour le moment d’un projet ambitieux porté par Vincent Marsat, un étudiant français en école d’architecture. Ce dernier développe depuis deux ans ce dispositif destiné à projeter en 3D des maquettes virtuelles ou des films depuis un ordinateur portable.La 3D ARK se compose d’un écran, de connectiques USB et HDMI, ainsi que d’une pyramide en verre polarisé. Il est possible de manipuler l’image « à la main » à l’aide de « gants sensitifs ». Il suffit de connecter un ordinateur portable à l’ensemble, de lancer le programme de visionnage de la maquette virtuelle, et le tour est joué.
Vincent Marsat cherche actuellement un peu plus de 2000 euros de financement pour mettre au point une première série d’appareils, qui sera présentée lors du festival Futur en Seine en juin 2014. A noter que pour 560 euros, il est possible de commander une version 32 pouces de l’ARK. Si le projet est actuellement très proche du financement – il reste 5 jours pour trouver encore 200 euros – personne n’a encore passé commande d’un tel dispositif. Preuve que le projet plaît aux curieux et qu’il peut être soutenu pour quelques dizaines d’euros, moyennant les contreparties habituelles (tee shirt, nom dans le hall of fame…). Rendez-vous sur la page Ulule du projet pour en savoir plus !
 
FaceRig : devenez un personnage virtuel avec votre webcam
Certaines webcams sont livrées avec un logiciel qui permet d’associer les mouvements du visage avec ceux d’un avatar virtuel, mais le rendu est souvent grossier et tient plus du gadget. FaceRig est un logiciel qui se propose de passer à la vitesse supérieure, en offrant une plus large palette d’expressions qui collent en temps réel à celles de l’utilisateur.
FaceRig se base du des algorithmes de traçage mis au point par la firme suédoise Visage Technologies. Si la page IndieGogo du projet a décidé de « ne pas ennuyer avec du jargon technique », elle met en avant une vidéo de rendu qui a de quoi attiser la curiosité vis-à-vis de ce projet, actuellement en cours de développement et présenté comme une pré-version. A terme, le logiciel pourra être utilisé pour chatter sur des plateformes comme Skype ou Hangout – l’image produite par le logiciel remplaçant tout simplement celle de la webcam – mais permettra également aux développeurs tiers de développer leurs propres modèles de personnages pour les proposer à la communauté.
Plusieurs versions sont proposées : FaceRig classique, pour le grand public, FaceRig Pro pour un usage indépendant mais monnayé (les YouTubers, par exemple) et FaceRig Studio pour les entreprises. Déjà largement financé, FaceRig est un succès sans doute en raison de son prix attractif, puisqu’une licence simple peut être acquise pour 5 dollars seulement (environ 4 euros). De quoi motiver des milliers de curieux à passer à la caisse, en vue d’une livraison prévue en août 2014.
 
Panono : l’appareil photo sphérique de 108 megapixels

Prendre des photos sphériques de 108 megapixels et immortaliser vos voyages comme jamais, c’est possible avec la Panono et un peu moins de 500 euros – c’est une somme, on vous l’accorde. Ce dispositif est doté de 36 capteurs photos, et est conçu pour prendre des photos une fois qu’il est envoyé dans les airs. Bien évidemment, sa structure est renforcée pour qu’il résiste aux chocs, mais mieux vaut le rattraper que de le laisser tomber par terre…
Le Panono dispose de la mémoire nécessaire pour stocker environ 400 panoramas, qu’il est possible de partager via une plateforme sociale dédiée. Des applications iOS et Android sont également proposées, et un kit de développement permettant de l’utilisater l’Oculus Rift – pour visionner les photos à 360 degrès – sera également proposé aux backers.
Véritable succès sur IndieGogo, le Panono est encore disponible pendant 6 jours, notamment dans un pack à 637 dollars, frais d’envoi compris – soit environ 470 euros – qui inclut une Panono, une housse de protection, un stick permettant de l’élever sans la jeter et un adaptateur pour trépied. Il est également possible d’acquérir un dispositif seul pour 594 dollars tout compris – soit 436 euros environ.
Le Panono est un appareil photo très original qui risque de faire parler de lui, mais attention : ne vous attendez pas à pouvoir l’emmener cet été avec vous, car sa livraison n’est prévue qu’en septembre 2014.

 
Wistiki, pour ne plus perdre vos objets
Retrouver ses objets perdus à l’aide de son portable et d’une petite balise de la taille d’un porte-clé, telle est la proposition de Wistiki, un produit de la start-up française du même nom. A l’aide de balises nommées Wist, équipées d’une connectique Bluetooth 4.0 et dotée d’une pile offrant une autonomie d’un an, il est possible de visionner sur son smartphone la dernière géolocalisation connue d’un objet. En somme, une fois le Wist attaché à un objet ou rangé quelque part – dans une voiture, par exemple – il est censé être impossible à perdre. Il suffit de se servir d’une application iOS ou Android comme d’un radar pour se rapprocher de l’objet en question, grâce aux différents profils des Wist. Et si ça ne suffit pas, il est également possible de faire sonner la balise, pour la retrouver plus vite.
Wistiki n’est pas la première solution de ce type a être proposée sur le marché, mais elle a le mérite d’être développée par trois Français, les frères Lussato, qui planchent sur le projet depuis plusieurs années. Le produit sera disponible à la vente à la fin du premier trimestre, voir au début du second, et vient de franchir la barre des 100% de financement alors qu’il reste encore 51 jours de campagne : autant dire que le pari est réussi. Il faut compter 38 euros pour précommander 2 Wists, les frais de port étant inclus. Des paliers supplémentaires permettent d’en acquérir plus, avec un prix légèrement dégressif. Rendez-vous sur MyMajorCompany pour en savoir plus !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s